Un peu d’histoire :

Antiquité

Le document le plus ancien concernant la réflexologie plantaire a été trouvé par Ed et Ellen Case, de Los Angeles, en 1979 en Egypte à l’entrée du tombeau d’Ankhmahor, médecin du pharaon à Sakkarah. Il s’agit d’un pictogramme datant de 2330 av. J.C. sur lequel sont représentés des personnes se manipulant les pieds et les mains. D'après l'Institut du Papyrus au Caire, les hiéroglyphes de cette fresque signifient : "Ne me fais pas mal", le praticien répondant : "Je ferai en sorte que tu me remercies ».


fresque du tombeau d'ankhmahor, 2330 av. J.C. découverte à Saqqarah dans la sépulture du médecin Ankmahor


Une forme de réflexologie plantaire était utilisée en chine antique.

On trouve également des traces de réflexologie du pied en Inde

Certains pensent que la réflexologie des pieds remonterait aux Incas.
Ils auraient transmis leur savoir aux Indiens d’Amérique du Nord, qui pratiquent encore de nos jours ce type de thérapie, en particulier chez les Cherokees de Caroline du Nord. Chez les Cherokees le massage réflexe des pieds est considéré comme un art sacré, les pieds symbolisant la partie du corps qui relie l’homme à l’univers.


De l’époque moyenâgeuse jusqu’au XXème siècle

De l’époque moyenâgeuse jusqu’au XXème siècle

Un ouvrage sur la thérapie des zones réflexes fut publié en 1582 par les docteurs Adamus et A’tatis.

En 1834, un suédois Pehr Henrikling nota que des douleurs venant de certains organes étaient reflétées dans des zones de peau très éloignées de ces organes.

En 1890, à Londres, Sir Henry Head découvrit que certaines zones de la peau devenaient sensibles à la pression, lorsqu’un organe relié par un réseau nerveux était malade. Ses recherches lui ont permis d’établir des zones réflexes pour « anesthésier » des parties du corps appelées plus tard les zones de Head ou zones d’hyperalgésie.

En 1917, le Docteur William Fitzgerald spécialiste ORL, publie en collaboration avec le Docteur Edwin Bowers leurs travaux dans un livre “ Zones therapy ”. Il existe selon le Docteur Fitzgerald dix zones longitudinales et verticales allant du sommet de la tête à l’extrémité des orteils. Chaque doigt et orteil appartiennent à une zone du corps. Il constate qu’une pression prolongée, sur un doigt ou un orteil, a un effet antalgique à distance sur une des dix zones du corps et peut ainsi calmer la douleur ressentie dans la zone douloureuse.

Les travaux de Fitzgerald sont repris en 1919 par le Docteur Joseph Riley qui ajoute des points et des zones réflexes et Eunice Ingham physiothérapeute qui a force de travail pu établir la carte entière des pieds avec toutes ses correspondances et mettre en évidence les effets sur l’organisme. En 1938 elle publie son premier livre « stories the feet can tell ». C’est ainsi que naît la pratique réflexologique moderne avec la “ Méthode Ingham ”. Elle a initié de nombreuses personnes à la réflexologie aux Etats-Unis, au Canada et en Europe. Elle est considérée comme la pionnière de la réflexologie moderne.

Elle ouvrit la première école de formation consacrée à la réflexologie.

Son travail se perpétue grâce à son neveu Dwight Bayers, fondateur de l’International Institut of Reflexology à St Petersburg (Etats-Unis).


Aujourd’hui

Il est intéressant de noter qu’il existe plusieurs types de réflexologie :


Actuellement, en France, la réflexologie plantaire n’est pas reconnue. Cependant la Fédération Française des Réflexologues crée en 1998 se bat pour faire connaitre cette discipline au grand public et obtenir une reconnaissance de l’état.